En vidéo : AOC Morgon

A+
A-

Bonjour ! Aujourd’hui, je vous retrouve sur le Mont du Py, au cœur de l’appellation Morgon, l’un des 10 crus du Beaujolais.

Vous seriez-vous douté que les vignes robustes qui dévalent les pentes douces de cette Côte du Py où nous sommes, poussent dans de la « terre pourrie », comme on l’appelle ici ? C’est pourtant à cette terre ocre, composée de sable et d’argile issus de la décomposition du granite, aussi appelée « morgons » -ça ne s’invente pas-, que ce cru du Beaujolais capte ses qualités, de vieillissement notamment.

D’ailleurs savez-vous qu’il doit « morgonner » pour être au top ? Dans d’autres régions, on dit « pinoter », c’est-à-dire qu’il se complexifie pour développer plus tard des arômes uniques de fruits à noyaux, de kirsch et des notes florales. On dit aussi de ce vin rouge, qu’il a « le fruit d’un beaujolais et le charme d’un bourgogne », sans doute parce qu’il est puissant et charpenté, comme son voisin.

Ses tannins, présents sans être dominants, font à mon avis du Morgon un vin parfait pour accompagner des lasagnes ou une pizza. Je vous le recommande aussi, servi juste un peu frais entre 14 et 16°C, avec un carpaccio ou un tartare de bœuf, parfait pour changer du rosé estival !