Le Beaujolais attire les foudres dans ses caves

A+
A-

Les foudres du Beaujolais…Voilà un concept inquiétant à priori, n’est-ce pas ? Mais rassurez-vous, il ne s’agit ni d’orages, ni d’éclairs, ni même d’une colère divine ! Le foudre, c’est tout simplement le contenant privilégié des vignerons beaujolais pour élever majoritairement leurs vins de garde.

Un foudre ? Késako ?

Pour commencer, ce terme « foudre » est masculin quand il est utilisé dans un contexte viticole. Il désigne une grande cuve en bois qui peut accueillir jusqu’à 300 hectolitres de vin. Imaginez un fût ou un tonneau géant et vous visualiserez très bien ce qu’est un foudre !  

Si la plupart des autres vins français utilisent plutôt des barriques ou des fûts, à la contenance plus réduite, les vins du Beaujolais s’épanouissent beaucoup mieux dans les foudres. Ils y ont davantage de place pour respirer et vivre. Oui, parce que le vin vit durant sa maturation ! Il ne cesse d’évoluer et de s’ajuster jusqu’à trouver l’harmonie qui lui convient.

 

Qu’apporte l’élevage en foudre aux vins du Beaujolais ?

Pourquoi les vignerons du Beaujolais privilégient-ils le foudre aux barriques et autres cuves ? Simplement parce que le contenant a une incidence sur le contenu. Un vin qui vieillit dans un fût en bois aura tendance à s’imprégner davantage de ses arômes et à développer quelques notes de vanille, de toasté et de grillé.

Dans le Beaujolais, les viticulteurs tiennent à ce que leurs cuvées développent des goûts marqués de raisins et de fruits rouges. Ils préfèrent alors élever leurs vins en foudre afin d’atténuer les arômes boisés qui pourraient s’y annexer. En effet, la contenance d’un foudre étant beaucoup plus grande que celle d’une barrique, les saveurs boisées se diluent davantage dans le vin. Moins concentrées, elles laissent donc toute leur place à la vraie star : le raisin.

Et puis le foudre du Beaujolais étant une barrique plus large, l’oxygénation y est plus grande. Or, c’est cette oxygénation qui permet aux saveurs de se développer. D’ailleurs, vous savez probablement qu’il est recommandé d’aérer un vin rouge au moins 20 minutes avant de le servir. Mais vous êtes-vous déjà demandé pourquoi ? En fait, lorsque vous débouchez une bouteille et que l’air entre dedans, cela réveille le vin. Toutes les molécules se mettent en mouvement et favorisent alors son épanouissement. Faites le test la prochaine fois que vous servirez un Beaujolais. Goûtez-le dès l’ouverture, puis 20 minutes après. Vous décèlerez beaucoup plus de saveurs la seconde fois !

C’est le même phénomène qui se produit dans les foudres du Beaujolais et qui permet aux vins de ce vignoble d’exprimer pleinement leurs terroirs.

 

Le bois du foudre est-il important ?

Même si une infime partie du vin est en contact avec le bois du foudre, on ne peut pas nier que la cuvée va en garder une trace. Pour que les vins du Beaujolais se dotent de l’intensité qui leur est propre, ils sont généralement stockés dans des foudres en chênes français. Ce choix n’est absolument pas dû au hasard !

Il existe différents types de bois et des provenances diverses. Mais si le chêne français est retenu, c’est pour sa finesse. Contrairement au chêne américain par exemple, le français imprègne moins le vin. Cette discrétion aromatique permet de laisser pleinement s’exprimer le raisin et le terroir sur lequel il a poussé.

 

Selon qu’ils élèvent des vins rouges, blancs ou rosés ; selon qu’ils veulent arrondir et complexifier leurs vins ou au contraire en conserver la typicité, les vignerons du beaujolais font le choix de leurs contenants : traditionnels en bois (fût, demi-muid, foudre)ou cuve. Le foudre reste régulièrement privilégié car il respecte pleinement la maturation du gamay et l’aide à développer ce fruité si typique des Beaujolais.

Partager cet article sur